REPORTAGE RADIO à GRANDE-SYNTHE [24’44]

Sale temps pour les migrants Abonnés

Le

Après l'augmentation des prix pour passer en Angleterre, certains doivent patienter en France avant de réunir l'argent nécessaire pour payer les passeurs (photo : Jonathan DUONG)

Depuis l’été dernier, 2 500 migrants (dont 200 enfants) campent dans la galère et la gadoue à Grande-Synthe près de Dunkerque : Kurdes, Syriens, Afghans, au terme d’un voyage de plusieurs mois de cauchemars, c’est la dernière épreuve avant l’Angleterre.

[EXTRAIT] Sale temps pour les migrants

PHOTOS : Jonathan DUONG (CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES VISIONNER)

Portfolio

À Grande-Synthe, l'emplacement actuel du camp de réfugiés doit accueillir (...) Près de 2 500 réfugiés, dont des femmes et des enfants, vivent dans ce (...) La plupart ont fait plus de quatre mois de voyage pour arriver jusque là : (...) Les habitants du camp s'organisent grâce à la solidarité des nombreux (...) Les réfugiés du bidonville de Basroch, majoritairement kurdes, ne souhaitent (...) Médecins Sans Frontières coordonne la construction d'un nouveau camp pour (...) Rewan HUSSEIN, « chargé de sensibilisation » à Médecins Sans Frontières, sert (...) Outre les Kurdes, on trouve aussi dans le camp des Vietnamiens et des (...) Suite à la mort du petit Aylan, les dons affluent vers Grande-Synthe, dont (...) En dehors de la cuisine collective, de nombreux habitants se font à manger (...) Les candidats au départ doivent verser plusieurs milliers d'euros à des (...) La futur camp construit par Médecins Sans Frontières, plus éloigné, isolé, (...) Après l'augmentation des prix pour passer en Angleterre, certains (...) photo : Jonathan DUONG photo : Jonathan DUONG Il y a de l'eau chaude, mais les douches sont peu nombreuses : il faut (...) Hawrê, originaire de Kirkuk en Irak, faisait des études de géologie avant de (...) Plusieurs règlements de compte entre passeurs ont eu lieu dans le camp, si (...) Juste en face du camp, de l'autre côté de la route, la zone pavillonnaire (...)

- Merci à Rewan HUSSEIN président de Kurdistan Libertés Association Danielle Mitterand et à Michel JOLI, secrétaire général de la Fondation Danielle Mitterrand France-Libertés.

- Grégory SALOMONOVITCH attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Daniel MERMET et Jonathan DUONG
réalisation : Jérôme CHELIUS
montage : Grégory SALOMONOVITCH

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple)

Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce premier café-repaire de l’année, nous avons le plaisir d’accueillir l’association « Vélo qui rit », qui milite pour la promotion et la valorisation des modes de déplacement doux, notamment le vélo. La soirée sera l’occasion d’évoquer leurs actions* en faveur de plus de proximobilité mais nous (...)

    Lons-le-Saunier
    6 Rue Traversière

  • Chaque jeudi au Havre, nous vous invitons à discuter politique le temps d’une soirée. Le principe est simple : vous apportez vos idées, vos coups de gueule, vos émois et nous en débattons ensemble. Rendez-vous tous les jeudis à 19h00 au bar Le Camp Gourou (...)

    Le Havre

  • Le Collectif du 14 juillet 2016, en partenariat avec le café-repaire de Là-bas si j’y suis à Nice, organise une rencontre/débat avec Laurent Bonelli, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Paris X Nanterre, sur le thème « Politique sécuritaire, sécurités et libertés ? » Samedi 28 (...)

    Nice

  • Anne DELEGUE, pédopsychiatre au Centre Hospitalier Annecy Génevois, nous propose un débat autour d’une question d’actualité mais non médiatisée : l’impact de la « psychiatrie biologique » en pédopsychiatrie. Ce thème est inspiré d’un article de F. GONON, neurobiologiste, paru en novembre 2011 dans la revue (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Pour cette tout première édition du café-repaire de Donges, nous vous proposons de d’échanger à propos de L’animation de notre commune. Une convention relative à une participation de 2500 € de l’entreprise Total aux festivités de Noël organisées par la municipalité prévoit que "la ville s’engage à (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

Dernières publis

Une sélection

Il y a cent ans, la bataille de la Somme : rencontre avec Joe SACCO [VIDÉO 24’05] 1er JUILLET 1916, BEAU TEMPS SUR LA SOMME Voir

Le

Vingt mille soldats britanniques tués ce jour-là. Dix mille dans la première heure. 58 000 victimes au total. La bataille la plus imbécile et la plus meurtrière de l’Histoire, pire que Verdun. Malgré l’hécatombe, l’état-major s’entête. Plus d’un million de victimes en 108 jours, 442 000 morts, Britanniques, Allemands, Français, pour quelques arpents de terre.

USAGE DE FAUX, Jean-Michel DUMAY [VIDÉO : 03’42] "67% des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez", vraiment ? Voir

Le

Pour le JT de France 2, qui relayait le 30 mai un sondage Odoxa pour Le Parisien, « 67% des Français ont une mauvaise opinion » du secrétaire général de la CGT. C’est faux. Les médias qui ont relayé l’information, comme France 2, ont omis de comptabiliser un tiers des 1 018 personnes interrogées censées représenter « les Français », qui ont répondu qu’elles ne le connaissaient pas suffisamment pour exprimer une opinion.