REPORTAGE avec les ROMS d’IVRY

ROM, FOUS LE CAMP ! Abonnés

Le

(photo : Daniel Mermet)
L’été, on expulse les Roms (extrait)

Il a 4 ans, il s’appelle David. Dans la nuit du 8 juin, il est mort brûlé vif dans l’incendie d’une caravane dans un bidonville de Lille. La veille, à Carrières-sous-Poissy (78), une fillette de cinq ans est morte dans les mêmes conditions. Le 10 février 2014, dans un bidonville de Bobigny (93), Mélissa, 8 ans, a rendu l’âme dans les mêmes circonstances. À Lille, samedi 13 juin, après la mort du petit David, 400 personnes ont manifesté pour réclamer des hébergements conformément aux lois françaises et européennes.
Quelle importance ont eu dans l’opinion ces trois enfants morts brûlés ?

Samedi 6 juin, dans le centre d’Ivry-sur-Seine, les 300 Roms du bidonville de la rue Truillot organisaient une fête solidaire contre l’avis d’expulsion prévue pour juillet.

À l’initiative du Collectif de soutien aux Roumains d’Ivry, vingt deux familles ont ete relogées dans d’anciens locaux de la gendarmerie, vétustes et inhabités depuis des années.
Mais les soixante autres familles sont menacées. Le propriétaire du terrain, l’AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris), dirigé par le très caritatif Martin Hirsch, a lui-même demandé l’expulsion.

Aussi le samedi 6 juin, les 300 Roms du bidonville et leurs amis, ont organisé une grande fête "Pas d’expulsion sans relogement".

Le camp Truillot à Ivry-sur-Seine (photo : Daniel Mermet)

Merci à Sacha Kleinberg, Elena et à tous les habitants du camp de la rue Truillot à Ivry-sur-Seine.

Programmation musicale
- Disparaîtra, par Rona Hartner
- Dandaro, par Rona Hartner

Nous attendons vos messages au 01 85 08 37 37.

Reportage : Daniel MERMET et Anaëlle VERZAUX
Réalisation : Khoï N’GUYEN
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.