12 juillet, manif contre les ordonnances

MACRON, PATRONS, COPAINS COMME COCHONS ! Abonnés

Le

Depuis des années, avec acharnement, les grands patrons du Medef luttent contre le droit social. Rien de nouveau, la lutte entre le capital et le travail est une longue histoire. Aujourd’hui, le but affiché par le Medef, c’est simplement de démolir la République sociale issue du Conseil National de la Résistance, ce qui entraînera la croissance et l’emploi, grâce à la flexibilité.

Depuis Raymond Barre, cette ficelle n’a jamais marché, mais l’oligarchie qui dispose de tous les moyens, moyens financiers, moyens médiatiques, moyens juridiques, ne cesse de marquer des points en rusant et en trompant une opinion qui rechigne et se défend avec des fortunes diverses.

Mais aujourd’hui, le gouvernement, que ces grands patrons du Medef ont largement contribué à porter au pouvoir, leur est ouvertement acquis, et l’assaut a été donné contre le code du travail. Sachant l’opposition profonde du pays contre cette démolition, le nouveau pouvoir va procéder par la force, c’est-à-dire par ordonnances, en profitant de l’été pour avancer ses pions.

Mercredi 13 juillet, la très docile majorité des députés ont adopté le projet de loi d’habilitation qui va permettre de réformer le code du travail par ordonnances à la rentrée de septembre. La veille, une poignée d’élus récalcitrants appelaient à manifester… et LÀ-BAS était là !

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

journaliste : Dillah Teibi
réalisation : Jonathan Duong
mixage : Alexandre Lambert

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Sur notre site

À voir

  • Notre nouvelle rubrique, avec Thomas Pietrois-Chabassier

    Les rois de la réforme

    Voir
    Retour sur trente ans de simplifications et de corrections du code du travail, trente années qui ont permis à la France de retrouver le plein emploi. On rembobine avec notre nouvelle rubrique : « Mauvaise langue (...)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

La chronique de Didier Porte Édouard Philippe : la barbe ! AbonnésVoir

Le

Impressionné par les talents de boute-en-train du jeune Premier ministre qu’Emmanuel Macron et Alain Juppé ont donné à la France, Didier Porte se demande si le jovial « Doudou la beubar » est aussi cool qu’il en a l’air. Au vu de son interview sur le plateau d’On n’est pas couché, en décembre 2014, et du film que lui a consacré un ami réalisateur, quelques mois auparavant, Didier se montre plus que dubitatif. Il est même « à un poil de bite » de penser le contraire. Mais il vous faudra visionner sa chronique pour comprendre…

Un reportage de Dillah Teibi et Daniel Mermet, avec Emmanuel Pierrat Zoophilie, trente millions d’amis ? AbonnésÉcouter

Le

Vous voulez pimenter vos soirées érotiques ? Sur Internet, des réseaux de « call-dogs » vous proposent lévriers, bergers allemands, malinois et autres labradors. Pathologie répugnante ou simple préférence sexuelle ? La loi française est plutôt floue. Nous avons mené l’enquête. Accrochez-vous, voici tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur la zoophilie.