LE SALUT DE L’AGRICULTURE (1ère partie) Abonnés

Le

JE SUIS ÉLEVEUR, JE MEURS. En France, 200 fermes disparaissent par semaine mais l’agrocapitalisme se porte bien. Ferme des mille vaches, des 23 000 cochons ou des 690 000 poulets. Bon appétit, les amis !

Chute des cours, surproduction, guerre des prix menée par la grande distribution… l’agriculture française se meurt et les agriculteurs avec. Tous ? Pas forcément. Mais déjà ceux qui ont versé dans le modèle productiviste, endettés et aujourd’hui parfois pris à la gorge. Reportage en deux volets, après les huées contre Hollande au dernier Salon de l’agriculture. Avec, pour commencer, une virée chez des éleveurs de porc bretons entre colère et désespoir.

Le salut de l’agriculture (extrait)

En 25 ans, plus de la moitié des exploitations agricoles ont disparu en France. Celles qui subsistent ont élargi leur taille, se sont spécialisées dans des filières (lait, viande bovine, porcine, céréales), ont investi souvent massivement dans du matériel coûteux pour moderniser l’appareil de production.

Hélas ! C’était sans compter la fluctuation des prix du marché : prix de l’aliment pour l’élevage en amont, prix de vente en aval resserré par les intermédiaires de la distribution… Et la fin, dans certaines filières, d’un système jadis encadré par les pouvoirs publics (système des quotas, par exemple, pour éviter la surproduction de lait). Résultat : ceux qui se sont endettés ne peuvent plus faire face aux remboursements.

En Bretagne, où est produite la moitié de la viande de porc française, se succèdent depuis plusieurs mois des manifestations d’agriculteurs en colère. Pourquoi ? Bertrand Hourdel, éleveur à Pordic (Côtes-d’Armor), patron d’une grosse exploitation (450 truies), explique les ferments du malaise et du mécontentement. Il dit ce sentiment d’être abandonné par les politiques, la concurrence exacerbée des pays gros producteurs de l’Union européenne (Espagne, Allemagne, Danemark), non soumis aux mêmes normes environnementales. Et cette rage de ne plus pouvoir voir rémunérer la qualité.

À quelques kilomètres, à Quintenic, Emmanuel Rault, petit éleveur jadis salarié dans la filière porcine pendant vingt ans, installé à son compte il y a deux ans, juste avant que les cours ne s’effondrent, se demande si la messe envers les « petits » comme lui n’a pas déjà été dite. Le prix n’y est plus. Et ne se profile devant lui qu’une perspective de vie – intenable – à crédit.


Bertrand HOURDEL, éleveur de porcs à Pordic (Côtes d’Armor)

Les différentes séquences de ce reportage :

01. Je suis éleveur : je meurs
Emmanuel RAULT, éleveur de porcs à Quintenic (Côtes d’Armor)

Merci à Bertrand HOURDEL et à Emmanuel RAULT.

Programmation musicale :
- Daniel HÉLIN : Les Cochons
- Boule et Caillou : Le Cochon

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Jean-Michel DUMAY
réalisation : Jérôme CHELIUS et Guillaume GIRAULT

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Voir aussi

À ÉCOUTER :

- Le salut de l’agriculture (2ème partie) Bio sens paysan, premier volet du grand reportage de Jean-Michel DUMAY

-  Ce vaste merdier qu’est devenue l’agriculture, notre émission avec Fabrice Nicolino du 02 octobre 2015

À LIRE :

- Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture, un livre de Fabrice Nicolino (2015, éditions Les Échappés)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.