EXTRAIT LÀ-BAS Hebdo n°44 en accès libre

Faut pas parler pour nous, faut parler avec nous

Le

Fik's Niavo <i>(photo : SERKI)</i>
Nuit debout, nuit débat. On est bien content d’être là. Mais on se trouve trop blanc, trop petit bourgeois rebelle, pas assez mélangé. Les ouvriers, les CGT, les paysans, les immigrés, les sans-papiers ne sont pas sur le selfie. Pas assez. Et les « jeunes des quartiers » non plus (pour ne pas dire NOIR ou ARABE, on dit « jeune des quartiers » ou bien « diversité »).

Et pourquoi ne viennent-ils pas ? Nous voulons leur bien, nous avons beaucoup de choses à leur apprendre. Eh oui, l’incorrigible petite bourgeoisie culturelle ne change pas. En 1968, elle voulait se rapprocher d’un prolétariat imaginaire. Cette fois, c’est la « diversité » qui la « fascine », mais comment la rencontrer, cette « diversité » ?

Par chance, au coin de la place de la République à Paris, Dillah TEIBI rencontre FIK’S NIAVO, rappeur « conscient », rappeur « militant » qui vient des ULIS dans l’Essonne (91). « Faut pas parler pour nous, faut parler avec nous. » FIK’S dit des choses simples.

Un reportage de Dillah TEIBI, extrait de notre LÀ-BAS Hebdo n°44 : UNE SURPRISE DE CONSCIENCE, du 15 avril 2016.

Faut pas parler pour nous, faut parler avec nous

Programmation musicale :
- Fik’s Niavo & Pkaer : Quoi ma gueule
- Fik’s Niavo & Pkaer : Orgueil et préjugés

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Dillah TEIBI
réalisation : Jérôme CHELIUS
coordination : Anaëlle VERZAUX
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.