04 novembre 2016. Évacuation des réfugiés. Un reportage de Dillah TEIBI et Sylvie COMA

Le migrant, ça rapporte gros ! Abonnés

Le

Vendredi 04 novembre 2016, avenue de Flandre à Paris (photo : Dillah TEIBI)

Pas de castagne, pas de lacrymo, même pas un bébé arraché à sa mère, les gros médias sont très déçus.

Cette trentième évacuation de migrants à Paris, la plus importante, s’est passée sans histoires. Bien sûr des voisins énervés, des racistes de service mais aussi des bonnes âmes, des solidarités de celles et ceux qui ne renoncent pas à une vraie FTA, une France Terre d’Asile.

Mais quelle serait la bonne solution ici, devant les migrations ? Chacun a sa petite idée, ses grands fantasmes. Avant tout, il faut comprendre que le migrant, ça rapporte gros, la xénophobie engendre un énorme marché. Contrôler, enfermer, surveiller, on n’a rien inventé de plus profitable ni de plus efficace. Connaissez-vous G4S, la plus grosse entreprise de sécurité qui emploie près de 650 000 salariés, ce qui en fait la deuxième entreprise au monde ?

Jamais en effet les politiques sécuritaires n’ont été aussi fructueuses, financièrement et politiquement. C’est ce que développe Claire RODIER dans son livre « XÉNOPHOBIE BUSINESS ».

Un REPORTAGE de Dillah Teibi et Sylvie Coma pendant l’évacuation des réfugiés

REPORTAGE : Le migrant, ça rapporte gros ! [EXTRAIT]

Les différentes séquences du reportage :

01. 30ème évacuation des migrants du 19ème

reportage : Dillah TEIBI et Sylvie COMA
réalisation : Sylvain RICHARD

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)


ENTRETIEN avec Claire Rodier : xénophobie business (04 juin 2015)

G4S est la première entreprise de sécurité au monde, chargée entre autres de la « gestion » de l’immigration

Claire RODIER : xénophobie business (juin 2015)

En juin 2015 nous avions reçu Claire Rodier, juriste, membre du Groupe d’information et de soutien des immigré-e-s (GISTI) et du réseau Migreurop. Elle a publié en 2012 le livre « Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? » (aux éditions La Découverte). Noyés en Méditerranée, camp de migrants évacué à Paris, les migrants sont de nouveau à la une des journaux.

Alors qu’on parle plus souvent du business des passeurs et des trafics d’être humains, ou encore du « coût » supposé d’un migrant en France, Claire Rodier éclaire un aspect économique méconnu de la migration, le business du contrôle des migrants, des frontières et et de la rétention. Dont l’entreprise florissante G4S, 650 000 employés dans le monde, 3ème plus gros employeur privé mondial, 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

journaliste : Daniel MERMET
réalisation : Franck HADERER
montage : Grégory SALOMONOVITCH
préparation : Jonathan DUONG

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Voir aussi

-  À ÉCOUTER :
« Les réfugiés de Stalingrad », un reportage de Thibaut CAVAILLÈS pendant l’évacuation des réfugiés du 16 septembre dernier

- À LIRE :
« Xénophobie business : à quoi servent les contrôles migratoires ? », un livre de Claire RODIER (2012, éditions La Découverte)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.