Les enfants volés d’Espagne

Le , par L’équipe de Là-bas

(photo : Anaëlle Verzaux)

Entre 1940 et 1990, près de 300 000 enfants auraient été volés à la naissance pour être vendus en Espagne.

D’abord pour des raisons idéologiques. Les franquistes enlevaient les bébés des femmes "rouges" pour les placer dans de bonnes familles afin d’éradiquer le gène du marxisme considéré comme une maladie mentale. Toute une chaîne complice de médecins, sages-femmes, religieuses, fonctionnaires se mit en place. Peu à peu le système devint purement lucratif et mafieux.

Peu à peu ces dernières années, la vérité est apparue. Elle explose aujourd’hui dans un psychodrame national qui touche au refoulement imposé à l’Espagne par le franquisme toujours présent, toujours rampant. En même temps que la guerre sociale s’étend, l’Espagne est en proie à une guerre de la mémoire tout aussi profonde.

Une nouvelle diffusion d’un reportage d’Antoine Chao et Daniel Mermet (16 et 17 avril 2012)

Programmation musicale :
- Mi nina Lola, par Buika
- Toma que toma, par Songs of innocence
- A galopar, par Paco Ibáñez

À consulter :
En espagnol : ARMH - Association pour la Récupération de la Mémoire Historique

À voir :
Une vie volée, un documentaire de Laurence Jourdan (2012, produit par AMIP Multimédia)

À lire :
Les Enfants perdus du franquisme, de Ricard VINYES, Montse ARMENGOU et Ricard BELIS (2012, ADEN Éditions)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous mardi 2 mai pour une nouvelle soirée Café repaire avec le collectif Angers Rassemblement Stop Corruption. Est-il possible d’empêcher les dérives de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir ou bien pensez-vous comme le proverbe péruvien « Donnez du pouvoir à un ver de terre, il deviendra un (...)

    Angers

  • Le Repaire limougeaud de Là Bas si j’y suis consacre sa réunion du premier mercredi de chaque mois à un exemple de sociocratie à Limoges : Le collectif de fait "Marceaudacieuse". Les Forgerons de cet atelier d’urbanisme citoyen pour la conversion de la caserne Marceau désaffectée depuis 7 ans (...)

    Limoges

  • Nuit Debout Caen… Nuit de boucan ? Le temps d’une discussion, revenons sur le mouvement Nuit Debout à Caen. Que vous y ayez participé ou non, venez parler de cette expérience difficile à définir et qui n’a peut être pas dit son dernier mot... Précision : les personnes qui seront présentes à cette (...)

    Caen
    36 rue Saint Manvieu

  • Comment le citoyen est-il informé de la vie de sa commune ? La situation est-elle satisfaisante (constat) ? Quelles sont les évolutions ou améliorations à imaginer ? Comment le citoyen peut-il être impliqué/consulté dans les projets communaux et intercommunaux ? Y-a-t-il une limite à la (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection :

Christine et Tami Écouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Christine et Tami vont bientôt se fiancer. On ne vous dit pas comment sera la robe de Christine, c’est une surprise. En somme une histoire d’amour normale. Ou presque. Handicapés, oui mais ça c’est dans le regard des autres.

Les pigeons font du vélo. Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS Un jour dans la vie d’un livreur à vélo AbonnésÉcouter

Le

Être payé pour faire du vélo dans Paris, cool, non ? Tu bosses quand tu veux, tu gagnes le fric que tu veux, tu livres des repas, tu fais plaisir aux gens, c’est éco-responsable, ça donne du boulot aux jeunes, vraiment cool. Tellement cool que Thibaut a voulu faire le boulot. Vélo, casque, maillot, le voilà parti, avec ce curieux cube sur le dos, cool ! Euh… vraiment ?