Comment meurent les bateaux et qui coud ma chemise ?

Le , par L’équipe de Là-bas

Perdre sa vie pour 17 euros par mois. Il y a six ans Daniel Mermet et Giv Anquetil étaient au Bangladesh pour raconter ce pays, arrière-cour des vêtements que l’on se met sur le dos, chantier à ciel ouvert qui démantèle nos bateaux.

C’était en 2006 et en l’espace de quelques minutes, l’embrasement d’une chaudière enflammait dans son entier l’usine textile KTS, dans la province du Chittagong. Un millier d’employées travaillaient lors de l’incendie. Quatre-vingt ont été hospitalisées et près de cent ont portées disparues.

Ce week-end le scénario s’est reproduit dans l’usine Tazreen Fashion. Mais cette fois, au moins 110 ouvrières sont décédées prises au piège des flammes.

Perdre sa vie à la gagner. Pour le compte de Walmart, H&M ou encore C&A... Un slogan chez nous qui a déplacé 5 000 ouvriers du textile dans les rues de Dacca, la capitale du Bangladesh.

Les 3,5 millions d’employés de ce secteur ne rêvent pas de l’impossible, ils demandent juste l’amélioration de leurs conditions de travail et des hausses salariales.

Hier mardi, plus éviter un autre embrasement, social celui-là, un comité d’urgence sur les salaires - constitué de fonctionnaires du gouvernement, d’industriels et de syndicalistes - a déclaré que le minimum salarial mensuel allait passer de 1 662 taka (23 dollars) à 3 000 taka (43 dollars) à partir du 1er décembre...

Comment meurent les bateaux et qui coud ma chemise ?
Une nouvelle diffusion d’un reportage au Bangladesh de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
France Inter, 15 heures.

Crédit Photo : Daniel Mermet

Programmation musicale :

- Kholo Kholo Kholo, Go Aankhi

Autour du thème :

L’association Peuples solidaires lancent une pétition contre les conditions de travail des ouvrières du textile au Bangladesh : http://www.peuples-solidaires.org/appel-urgent-354_bangladesh-gap/

A voir :

- Why poverty ? La pauvreté - un défi pour l’humanité, jusqu’à demain sur Arte, 8 documentaires diffusés en simultané à travers le monde sur 70 chaînes de télévision. Toutes les infos sur le www.arte.tv/whypoverty

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous mardi 2 mai pour une nouvelle soirée Café repaire avec le collectif Angers Rassemblement Stop Corruption. Est-il possible d’empêcher les dérives de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir ou bien pensez-vous comme le proverbe péruvien « Donnez du pouvoir à un ver de terre, il deviendra un (...)

    Angers

  • Le Repaire limougeaud de Là Bas si j’y suis consacre sa réunion du premier mercredi de chaque mois à un exemple de sociocratie à Limoges : Le collectif de fait "Marceaudacieuse". Les Forgerons de cet atelier d’urbanisme citoyen pour la conversion de la caserne Marceau désaffectée depuis 7 ans (...)

    Limoges

  • Nuit Debout Caen… Nuit de boucan ? Le temps d’une discussion, revenons sur le mouvement Nuit Debout à Caen. Que vous y ayez participé ou non, venez parler de cette expérience difficile à définir et qui n’a peut être pas dit son dernier mot... Précision : les personnes qui seront présentes à cette (...)

    Caen
    36 rue Saint Manvieu

  • Comment le citoyen est-il informé de la vie de sa commune ? La situation est-elle satisfaisante (constat) ? Quelles sont les évolutions ou améliorations à imaginer ? Comment le citoyen peut-il être impliqué/consulté dans les projets communaux et intercommunaux ? Y-a-t-il une limite à la (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection :

Christine et Tami Écouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Christine et Tami vont bientôt se fiancer. On ne vous dit pas comment sera la robe de Christine, c’est une surprise. En somme une histoire d’amour normale. Ou presque. Handicapés, oui mais ça c’est dans le regard des autres.

Les pigeons font du vélo. Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS Un jour dans la vie d’un livreur à vélo AbonnésÉcouter

Le

Être payé pour faire du vélo dans Paris, cool, non ? Tu bosses quand tu veux, tu gagnes le fric que tu veux, tu livres des repas, tu fais plaisir aux gens, c’est éco-responsable, ça donne du boulot aux jeunes, vraiment cool. Tellement cool que Thibaut a voulu faire le boulot. Vélo, casque, maillot, le voilà parti, avec ce curieux cube sur le dos, cool ! Euh… vraiment ?