Mondialisation libérale

SDF : Belgique, terre d’asile (2)

Le

Droit de réponse du créateur de Flodor

France Inter a diffusé le 17 et 18 septembre 2007, dans le cadre de l’émission "Là-bas si j’y suis" un reportage intitulé "SDF : Belgique, Terre d’asile"

Au nombre des personnes interviewées figurait un dénommé François Latour, qui se déclarait missionné par son beau-père, qu’il désignait comme le patron et le créateur de Flodor (les Blondes à croquer), lequel, ayant vendu la société au Groupe Unichips, et réalisé de gros investissements immobiliers et en actions, cherchait à s’établir en Belgique pour échapper à l’impôt.

1) Il nous est demandé de préciser que :
- François Latour n’est pas le gendre du fondateur de Flodor. Les déclarations qu’il a faites concernant son prétendu beau-père relèvent de la fiction.
- Le fondateur de Flodor n’est pas candidat à l’expatriation. Sa mise en cause dans le cadre de l’émission consacrée aux exilés fiscaux procède par conséquent d’une erreur.
- Contrairement à ce qu’a déclaré François Latour à l’antenne, le fondateur de Flodor n’est pas et n’a jamais été Président d’honneur, ni l’actionnaire de la société Unichips San Carlo, propriétaire de Flodor depuis 1990. Il est tout à fait étranger à la gestion de Flodor par Unichips depuis cette date.
- France Inter et www.la-bas.org regrettent le tort que les déclarations sus mentionnées ont pu causer à l’intéressé.

2) De retirer des enregistrements des émissions des 17 et 18 septembre 2007 qui sont diffusés sur le site "Là-bas.org", les passages me mettant directement ou indirectement en cause.

pour cette émission

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous mardi 2 mai pour une nouvelle soirée Café repaire avec le collectif Angers Rassemblement Stop Corruption. Est-il possible d’empêcher les dérives de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir ou bien pensez-vous comme le proverbe péruvien « Donnez du pouvoir à un ver de terre, il deviendra un (...)

    Angers

  • Le Repaire limougeaud de Là Bas si j’y suis consacre sa réunion du premier mercredi de chaque mois à un exemple de sociocratie à Limoges : Le collectif de fait "Marceaudacieuse". Les Forgerons de cet atelier d’urbanisme citoyen pour la conversion de la caserne Marceau désaffectée depuis 7 ans (...)

    Limoges

  • Nuit Debout Caen… Nuit de boucan ? Le temps d’une discussion, revenons sur le mouvement Nuit Debout à Caen. Que vous y ayez participé ou non, venez parler de cette expérience difficile à définir et qui n’a peut être pas dit son dernier mot... Précision : les personnes qui seront présentes à cette (...)

    Caen
    36 rue Saint Manvieu

  • Comment le citoyen est-il informé de la vie de sa commune ? La situation est-elle satisfaisante (constat) ? Quelles sont les évolutions ou améliorations à imaginer ? Comment le citoyen peut-il être impliqué/consulté dans les projets communaux et intercommunaux ? Y-a-t-il une limite à la (...)

    Donges
    36 avenue de la Paix

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

Dernières publis

Une sélection :

Christine et Tami Écouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Christine et Tami vont bientôt se fiancer. On ne vous dit pas comment sera la robe de Christine, c’est une surprise. En somme une histoire d’amour normale. Ou presque. Handicapés, oui mais ça c’est dans le regard des autres.

Les pigeons font du vélo. Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS Un jour dans la vie d’un livreur à vélo AbonnésÉcouter

Le

Être payé pour faire du vélo dans Paris, cool, non ? Tu bosses quand tu veux, tu gagnes le fric que tu veux, tu livres des repas, tu fais plaisir aux gens, c’est éco-responsable, ça donne du boulot aux jeunes, vraiment cool. Tellement cool que Thibaut a voulu faire le boulot. Vélo, casque, maillot, le voilà parti, avec ce curieux cube sur le dos, cool ! Euh… vraiment ?