FUKUSHIMA, RIEN À VOIR

Le , par L’équipe de Là-bas

Par un joli dimanche de septembre sur une plage du Cotentin, ils ramassent des coquillages à 9 613 kilomètres de Fukushima. Quel rapport ? La radioactivité. Ces paisibles promeneurs font partie de l’ACRO, l’Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest, créée en 1986 après la catastrophe de Tchernobyl, et qui implique les riverains des installations nucléaires dans la surveillance des niveaux de la radioactivité.

Mais l’ACRO s’est aussi étroitement impliquée dans les suites de la catastrophe de Fukushima avec un laboratoire ouvert à Tokyo, et qui suit chaque jour l’enlisement catastrophique de la centrale de Fukushima, si loin des jolis visages du Cotentin...

Un reportage d’Antoine CHAO.

Les émissions de "Là-bas si j’y suis" à réécouter :
- la série "Fukushima - Hiroshima : un carnet de route dans un Japon qui doute" (mai 2011)
- "Il ne s’est rien passé à Tricastin" (29 septembre 2008)
- "Bienvenue à la centrale nucléaire" (29 avril 2011)
- "Plogoff - des pierres contres les fusils" (26 avril 2011)

Programmation musicale :
- Choisis le nucléaire, par Les Artistes chanteurs de la droite conservatrice
- Nigatsu, par Asa Chang

À lire :

La France Nucléaire, par Sezin Topçu (aux éditions du Seuil, septembre 2013)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !