Amère victoire pour les Conti

Le , par L’équipe de Là-bas

Victoire pour salariés de Continental ! Le 30 août, le Conseil des Prudhommes de Compiègne INVALIDE les 680 licenciements pour « défaut de motif économique, sans cause réelle et sérieuse ».
Le résultat d’une longue lutte tenace et solidaire contre la criminalité financière. Bravo, mais... mais le mal est fait. L’usine est fermée, sur les 680 licenciés, 500 sont toujours au chômage. Cette victoire n’efface pas le désastre social, les suicides, les divorces...

Une région entière qui s’enfonce. Certes, si l’entreprise ne fait pas appel, les ex-Conti percevront de 30 à 36 mois d’indemnités complémentaires. Un sursis mais pas une solution. La crise économique a servi de prétexte pour licencier. Il faut une loi pour interdire les licenciements boursiers.

Un reportage d’Antoine Chao à Clairoix.

Le documentaire de Jérôme Palteau, « La saga des Conti » est visible sur le lien suivant

Prochaines projections prévues :

Mardi 24 septembre à 20h15
Attac 49 - Angers
Projection débat animée par Jérôme Palteau au cinéma Les 400 coups

Jeudi 26 Septembre à 18h30
Université Populaire de Grande Synthe/ Cinéma le Varlin près de Dunkerque)

Projection débat animée par Jérôme Palteau au cinéma Le Varlin

Jeudi 3 octobre à 20h30
Cinéma le Mazarin - Aix en Provence
Projection débat au cinéma le Mazarin (avec Xavier Mathieu)

Samedi 5 octobre
La Machine à en découdre - Monferrand le Château ( prox Besançon)
Projection débat en présence de Jérôme Palteau au festival "La Machine à en découdre"

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.