Syrie, une bataille titanesque

Le , par L’équipe de Là-bas

Comme d’habitude, un tyran hideux d’un côté et de l’autre le peuple qui souffre et se révolte. C’est odieux mais c’est la routine, on ne sait pas tout, c’est loin, c’est compliqué, il faut quelque chose de plus pour faire flamber l’opinion. La menace d’armes de destruction massives, l’assassinat d’un président ou l’emploi d’armes chimiques avec les images de cadavres d’enfants. Tout alors devient simple, inutile de réfléchir, on ne peut pas ne pas intervenir. Il nous faut apporter la paix, la sécurité et la démocratie, toutes affaires cessantes. Comme en Irak ? Comme en Afghanistan ? Comme hier au Vietnam ? Comment comprendre les enjeux derrière ces monstrueuses mises en scène au nom de nos valeurs et de la civilisation ?

Avec Georges CORM, historien et économiste, ancien ministre des finances du Liban pour un regard différent sur le Moyen Orient.

Entretien : Daniel Mermet.

Programmation musicale :
"Keskonatten", par Rayess Bek

Bibliographie :
"Pour une lecture profane des conflits", par Georges CORM, aux éditions La Découverte

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

Daniel Mermet reçoit Mickaël Wamen, Romain Altmann, Gaël Quirante et Griselda Michel Samedi 22 avril : premier tour social ! Voir

Le

Plusieurs syndicats, collectifs et associations lance un appel pour un rendez-vous inédit le 22 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle. Objectif : porter les luttes, les exigences sociales et inviter les salariés à une manifestation nationale à Paris en prenant la rue Place de la République à 14 heures.