J’ai perdu mon Eurydice...

Le , par L’équipe de Là-bas

Musique classique, musique de classe ? Même si ses adeptes s’en défendent, la musique classique appartient aux symboles des milieux dominants en termes d’image et de distinction. Pour rompre cette confiscation il suffirait de croire au pouvoir miraculeux du spectacle pour que s’ouvrent l’âme et le cœur du peuple. Mais écouter s’apprend. Peu à peu, de plaisir en plaisir mais aussi avec méthode, fenêtres et horizons s’ouvrent et ouvrent les esprits vers l’émancipation générale... Décoloniser la musique classique, se réapproprier l’opéra ! Mais comment ? En passant par le travail du chant, par le corps des chanteurs, par la longue discipline des répétitions, par cet art en somme. Du cours de chant au spectacle final, nous suivons les choristes de l’ensemble ORPHEA et les solistes en répétition. Un long travail modeste et physique, loin des divas et des commentaires savants. Une façon d’accéder à ce langage, d’en mesurer la portée universelle et de le partager.

Un reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao.

"Orphée et Eurydice" à la maison de la musique de Nanterre, avec l’ensemble vocal ORPHEA, et Saskia Salembier, Julia Beaumier, Anaël Ben Soussan (solistes).

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.