Poulet bonnet rouge (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Dans le Finistère, quatre entreprises ont fermé ou sont en train de fermer. Après l’abattoir de porcs GAD, c’est au tour de l’abattoir de poulets Tilly-Sabco, qui s’est construit sur un modèle intensif, productiviste, dans les années 1960. C’est le fameux « modèle breton ». Aujourd’hui, sa capacité d’abattage est de 24 000 poulets par heure ! Soit 1,6 millions de poulets qui sont exportés chaque semaine au Moyen-Orient.

L’entreprise vivait jusque là sous perfusion des aides européennes. Mais l’Europe lâche le poulet intensif breton... Et le marché est entre les mains du Brésil. Les 350 salariés de Tilly-Sabco se battent pour que le gouvernement français et l’Europe réagissent, pour empêcher la fermeture de l’usine programmée le 4 janvier. Des ouvriers ont manifesté le 2 novembre à Quimper, avec les bonnets rouges. D’autres ont manifesté le même jour à quelques kilomètres de là. Le désespoir entraîne des divisions dans l’usine, au sein des ouvriers. Il y a ceux qui acceptent de se battre avec leur directeur, et ceux qui préfèrent lutter sans lui. Quel sens donner à ces luttes ? Et où vont les bonnets rouges ?

C’est avec ces questions que nous partons en Bretagne, pour le second volet du reportage d’Anaëlle Verzaux.

(photo : Maxppp)

Programmation musicale :
- "La France", par Camille
- "An Alarc’h", par Gilles Servat

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.