Grigny Gangs Story

Le , par L’équipe de Là-bas

Blousons noirs, loubards, racaille, ceux que les dignes sociologues appellent "les jeunes des classes populaires" sont - comme disait Pierre Bourdieu - "parlés plus qu’ils ne parlent". On parle d’eux, on parle beaucoup d’eux, mais eux comment parlent-ils d’eux ? Les rares journalistes qui s’aventurent sur le terrain se mettent toujours côté police. Charlotte Perry a mis des mois pour se faire admettre parmi les jeunes des bandes de Grigny, la Grande Borne plus précisément, qui était un rêve d’architecte dans les années 1960 et qui est devenue symbole de la délinquance des bandes les plus violentes sur fond de chômage et d’abandon. Mais aussi d’invention, de frime, de sport, de musique et de rage.
Et d’envie de se raconter.

Un reportage de Charlotte Perry.

(Photographie : "Petit Mathieu, 1987, Paris", de Yan Morvan, in "Gangs Story", 2012, aux éditions La Manufacture de livres)

À lire :
"Gangs Story", de Kizo et Yan Morvan (2012, aux éditions La Manufacture de livres)

Programmation musicale :
- "Guerre", par Mafia K’1 Fry
- "Mes frères", par Les Sales Majestés
- "La sédition", par 2 Bal

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

Daniel Mermet reçoit Mickaël Wamen, Romain Altmann, Gaël Quirante et Griselda Michel Samedi 22 avril : premier tour social ! Voir

Le

Plusieurs syndicats, collectifs et associations lance un appel pour un rendez-vous inédit le 22 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle. Objectif : porter les luttes, les exigences sociales et inviter les salariés à une manifestation nationale à Paris en prenant la rue Place de la République à 14 heures.