Cochon bonnet rouge

Le , par L’équipe de Là-bas

Contre la colère de ses manants affamés qui venaient pour le pendre, le Seigneur est sorti de son château en leur disant "Je suis avec vous, notre ennemi c’est le Roi !". Et tous ensemble se mirent à hurler "À bas le Roi ! Vive notre bon Seigneur !". Et tous, Seigneur en tête, se mirent en marche, arborant des chapeaux ronds, ou des drapeaux bleus, ou des sabots noirs, ou des bonnets rouges...

Cette histoire est de partout et de tous les temps. Ainsi les puissants responsables de l’élevage intensif en Bretagne, soutenus par des subventions publiques depuis des années, réussissent à créer la confusion, en se posant en victime de la catastrophe économique, humaine et environnementale qu’ils ont engendrée avec l’appui de puissants lobbies industriels et professionnels.

La lutte est en cours mais quelles sont les alternatives ?
Aujourd’hui chez un éleveur de porcs puis avec un aviculteur, qui veulent montrer que des évolutions sont possibles.

Un reportage d’Anaëlle Verzaux.

Programmation musicale :
- "Tendre poulet", par Georges Delerue
- "Tout est bon dans l’cochon", par Juliette
- "Pied de porc", par Philippe Katerine et Julie Depardieu

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.