Se reposer ou être libre

Le , par L’équipe de Là-bas

(dessin : Daniel Mermet)

Comme suite à l’émission d’hier avec Emmanuel Todd, Le grand détraquage, voici une nouvelle diffusion d’un entretien de 1996 avec Cornelius Castoriadis, sur "la montée de l’insignifiance". Économiste, philosophe, psychanalyste, celui que son ami Edgar Morin qualifiait d’ "énorme, hors norme" s’exprime ici très simplement, très clairement, à l’attention du grand public. Rarement un intellectuel aussi multiple et aussi profond aura réussi à exprimer notre devenir en s’appuyant sur les grands courants de la pensée émancipatrice et démocratique. Une heure stimulante, donc...

Entretien : Daniel Mermet

Programmation musicale :
- Des questions à vos réponses, par Rocé

Quelques livres de Cornelius Castoriadis :
- L’Institution imaginaire de la société, de Cornelius Castoriadis (1975, éditions du Seuil)
- Mai 68 : la Brèche, de Claude Lefort, Edgar Morin et Cornelius Castoriadis (1968, éditions Fayard)
- Une société à la dérive. Entretiens et débats, 1974-1997, de Cornelius Castoriadis (2005, éditions du Seuil)
- Démocratie et relativisme : entretiens avec le MAUSS, de Cornelius Castoriadis (2010, éditions Fayard/Mille et une nuits)
- Histoire et création : textes philosophiques inédits, 1945-1967, de Cornelius Castoriadis (2009, éditions Le Seuil)
- L’imaginaire comme tel, de Cornelius Castoriadis (2008, éditions Hermann)
- Les carrefours du labyrinthe, volume 4 : la montée de l’insignifiance, de Cornelius Castoriadis (2007, éditions Points)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.