Petit cours d’autodéfense intellectuelle

Le , par L’équipe de Là-bas

(animation : Colas Mermet, à partir d’un dessin de Charb, tiré du livre Petit cours d’autodéfense intellectuelle, de Normand Baillargeon, 2005, Lux Éditeur)

"La première chose qu’il faut faire, c’est prendre soin de votre cerveau. La deuxième est de vous extraire de tout système d’endoctrinement. Il vient alors un moment où ça devient un réflexe de lire la première page de votre journal en y recensant les mensonges et les distorsions, un réflexe de replacer tout cela dans un cadre rationnel. Pour y arriver, vous devez encore reconnaître que l’État, les corporations, les médias et ainsi de suite vous considèrent comme un ennemi ; vous devez donc apprendre à vous défendre. Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle." Noam Chomsky

Justement aujourd’hui, retour sur le Petit cours d’autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon, professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Québec à Montréal et "militant libertaire".

Reportage : Daniel Mermet et Giv Anquetil

Programmation musicale :
- Où je voulais aller, par Ghislain Poirier
- Motus, par Seb Martel
- Les fouliens, par Rocé

À lire :
- Petit cours d’autodéfense intellectuelle, de Normand Baillargeon (2005, Lux Éditeur)
- Soumission à l’autorité, de Stanley Milgram (réédition en 1994 chez Calmann-Lévy)

À voir :

L’expérience de "cécité d’inattention" évoquée par Normand Baillargeon dans l’émission

http://www.koreus.com/video/test-vi...

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.