Vive la paresse !

Le , par L’équipe de Là-bas

« Je veux rendre toute puissante l’influence du clergé, parce que je compte sur lui pour propager cette bonne philosophie qui apprend à l’hom­me qu’il est ici-bas pour souffrir et non cette autre philosophie qui dit au contraire à l’homme : "Jouis". » Voilà ce que disait Adolphe Thiers, l’assassin de la Commune, cité par Paul LAFARGUE dans

LE DROIT À LA PARESSE

. « Les prêtres, les économistes, les moralistes sont à l’origine de cet amour absurde du travail », ajoutait LAFARGUE.

Décrétons le premier Mai fête de la paresse, fête de la longue lutte des travailleurs pour la réduction du temps de travail et pour le temps de vivre, de rêver et d’aimer...

Et tout ça à travers un tas de chansons sur le travail.
Quel boulot !

Programmation musicale : Franck Haderer

- À bas les gens qui bossent, par Didier Super

- Le Patron moderne, par Paul Lack

- 1er mai, par Marc Ogeret

- Les beaux dimanches du printemps, par Champi et les salariés en grève du magasin "Le Printemps"

- Coup de grisou, par Édith Piaf

- Ça fait chanter les Français, par Jacques Hélian

- Cadences 1, par le Groupement Culturel Renault

- J’aime ma boîte

- Le chômeur, par Monique Morelli

- Son bleu, par Renaud

- Tu fais quoi dans la vie ?, par Christophe Bell Œil

- L’Usine, par La Canaille
- Du boulot, par Les Têtes Raides

À lire :
Le Droit à la paresse, de Paul Lafargue (1880)

À voir :
La reprise du travail aux usines Wonder, un film de Jacques Willemont (1968)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.