Rwanda 20 ans, un pouvoir autoritaire ? Et alors ?...

Le , par L’équipe de Là-bas

Un pouvoir autoritaire "selon des critères occidentaux". La plupart des médias dans le monde ont dit leur admiration pour ce si dynamique Rwanda fermement dirigé par son "autocrate éclairé" de président. Qui oserait critiquer le chef de ce peuple martyr si lâchement abandonné par tous durant le génocide ?

Aujourd’hui, derrière la façade si propre et si prometteuse, une atmosphère de peur règne sur le Rwanda. Une terreur muette aussi parmi les opposants en exil. Assassinats, emprisonnements, la bienveillance de l’opinion mondiale et des bailleurs de fonds commence à fléchir. Le pillage des ressources du Congo voisin, tout comme les procès en "négation-isme" contre toute critique, sont de moins en moins acceptés. N’empêche, il y a quelques jours, Kizito Mihigo, le chanteur le plus populaire du pays, rescapé du génocide, présent à toutes les cérémonies officielles est soudain arrêté pour "atteinte à la sûreté de l’État" avec de supposés complices...
Un pouvoir autoritaire ? Et alors ?...

Reportage : Giv Anquetil, Daniel Mermet

Programmation musicale :
- Igisobanuro Cy’urupfu (The Meaning of death), de Kizito Mihigo
- K-GAME, par Radek Suprême
- Drianke, par Limousine

À lire :
- 

Rwanda : mille collines, mille douleurs

, de Colette Braeckman (2014, éditions Nevicata)
- 

Rwanda, le pouvoir à tout prix. D’une dictature à l’autre

, de Jean-Baptiste Nkuliyingoma (2013, éditions L’Harmattan)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.