Mort d’un coupeur de canne dans un champ de betteraves

Le , par L’équipe de Là-bas

La canne c’est celle de l’île de La Réunion. 14 335 Réunionnais sont venus se battre pour la France. 1 693 ne sont pas revenus vivants. Avant de partir vous étiez mesuré, et il fallait avoir un certain tour de cage thoracique. Mais au fur et à mesure de l’hécatombe, les "brutes galonnées" étaient moins exigeantes sur la qualité de la viande pour fabriquer la chair à canon. Quitter cette île pour venir mourir dans les tranchées de la Somme. Pourquoi ? La question est toujours là, un siècle plus tard, devant un monument aux morts de cette île lointaine et française. Mais aussi avec des jeunes qui interprètent un feuilleton radiophonique de Sylvie Gravagna, mis en onde par Antoine Chao.

Merci à :
Clémence, Dylan, Ophélie, Adélie, Pierre, Julie, Mathieu, Jean, Anthony, Énora, Steven, Franck, Joana, Léa, Alexis, Coralie, François, Philippe, Alexandre, Laurent, Samuel, Antoine, Ninon, Samaouiya, Laura, Agnès, Clémence, Émilie, Laurie, Nathalie, Didier, Babeth, Christophe, Noa, Cécile, Ninon, Marguerite et Merlin.

Merci aussi à Christian Landry, Rachel Mnémosyne, Nathalie Grosse, Coralie Cicovic et Philippe Guirado.

Programmation musicale :
- La Guerre l’a pété, par Maxime Laope
- À la France donnons des ailes, par Marcelly

À écouter :

Mort d’un coupeur de canne dans un champ de betteraves

, un feuilleton radiophonique écrit par Sylvie Gravagna, orchestré par Antoine Chao, que vous pouvez retrouver en intégralité sur le site www.komidi.re

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.