Rotary, qui sert le mieux profite le plus

Le , par L’équipe de Là-bas

(photo : don du sang organisé par le Rotary, le 17 mai 2014 à Pau)

Le Rotary International compte 35 000 clubs dans le monde entier. Riches d’un fonds de 296 millions de dollars en 2013 issus de dons de particuliers et de riches mécènes, les membres du Rotary ont les moyens de se consacrer à des actions philanthropiques « au service de l’humanitaire et des gens en difficulté ». Notables, décideurs, patrons et entrepreneurs se retrouvent au sein de ces clubs très structurés et très hiérarchisés, alliant une action charitable à l’entretien d’un réseau très utile. C’est tout l’enjeu de ce « capital social », que décrivait Pierre Bourdieu, qui a donné l’une de ses devises au Rotary : « Qui sert le mieux profite le plus. »

Notre envoyée spéciale à Bordeaux Charlotte Perry a rencontré les membres du district 1690 du Rotary.

Reportage : Charlotte Perry

Programmation musicale :
- Change le monde
- Egmont, opus 84, de Ludwig van Beethoven (hymne du Rotary)
- Le petit notable, par Georges Chelon

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.