Le théâtre, comme si c’était moi

Le

(illustration : MAC de Sallaumines)

À Sallaumines, dans le Pas-de-Calais, la fermeture progressive des mines a provoqué hausse du chômage et de la pauvreté. Ah elle est donc là la « France des assistés », sclérosée par le « cancer de l’assistanat » ! À Sallaumines, Monique, Mauricette, Jacqueline, Sophie, Maurice sont pourtant loin d’être inactifs. Là où l’emploi ne reviendra pas, ils ont trouvé une autre raison de se lever le matin.

Écouter l'émission

La première fois, Anaëlle Verzaux les a rencontrés à Paris le 3 juin dernier, où ils participaient pour la première fois à une manif, celle pour défendre les petites retraites contre le plan d’austérité du gouvernement. Allocataires du RSA, de l’allocation de solidarité aux personnes âgées ou encore de l’allocation aux adultes handicapés, ils se retrouvent chaque semaine à la Maison de la Citoyenneté pour répéter la pièce de théâtre qu’ils ont co-écrite, dans laquelle ils mettent en scène leur propre histoire... ou presque.

Reportage : Anaëlle Verzaux

Programmation musicale :

Au théâtre, par Grand Corps Malade
Le chômage a des vertus, par François Hadji-Lazaro
Je renais, par Loïc Lantoine

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !