La Coupe est pleine ! (2)

Le , par Jonathan Duong

Écouter l'émission

« Les collines verdoyantes et les plages de sable blanc bordant l’océan sont une véritable invitation à l’aventure. » On n’est jamais déçu avec les poètes pour guides touristiques. Souvenez-vous, « si tu vas à Rio, n’oublie pas de monter là-haut ». Et là-haut, c’étaient les favelas ! Depuis longtemps, la beauté époustouflante de Rio, c’est les favelas qui couronnent cette ville. Alors en attendant le prochain match, visite dans la plus ancienne favela, Morro da Providência, qui date de 1897, où les habitants luttent contre la gentrification de leur quartier, résistent et s’organisent. L’urbaniste Carlos Vainer est aussi avec nous, pour nous donner son interprétation et son regard sur Rio de Janeiro.

Le deuxième volet d’un reportage à Rio de Janeiro de Daniel Mermet et Antoine Chao.

Traduction : Anne Vigna.

Programmation musicale :
- Eu sou favela, par Seu Jorge
- Consequencias da pacificaçao, par DJ Sapão do Tuita et MC Colombia
- Favela, par Los Indios Trabajaras
- Kolleidosonic, par Maga Bo’s

À lire :
Métropoles des Amériques en mutation, sous la direction de Luc-Normand Tellier et Carlos Vainer (2012, Presses de l’Université du Québec)

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !