Comment ils nous ont volé le football

Le , par L’équipe de Là-bas

(dessin : Stéphane Bouzon, Fakir Éditions)

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.

Mais pendant que certains se retrouvaient le dimanche sur le terrain de foot caillouteux de l’association sportive du coin, l’histoire du football a épousé celle du libéralisme, devenant un business dont les enjeux financiers ont aiguisé les appétits des annonceurs, des fonds de pension et des cadres dirigeants de la FIFA. Alors que le Mondial s’ouvre ce soir à São Paulo, nous recevons aujourd’hui François Ruffin, auteur avec Antoine Dumini du livre

« Comment ils nous ont volé le football : la mondialisation racontée par le ballon »

(publié par Fakir Éditions), dans lequel il revient sur l’histoire du football et de son évolution vers un business juteux, et rappelle que ce sport populaire partagé par des millions de passionnés ne doit pas être abandonné aux intérêts de quelques-uns.

Entretien : Daniel Mermet

Programmation musicale :
- Champions du monde, par Zebda
- Faites-nous rêver, par Volo
- Quitte-moi pendant la Coupe du monde, par Gérard Cailleux

À lire :

Comment ils nous ont volé le football : la mondialisation racontée par le ballon

, de François Ruffin et Antoine Dumini (2014, Fakir Éditions)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.