René Vautier, le petit breton à la caméra rouge

Le , par L’équipe de Là-bas

(illustration : dessin de A. Gulland extrait du journal "Mer et Colonies" n°265, mars 1934)

Raconter le monde pour pouvoir le changer.

Il y avait "Y’a bon Banania", mais aussi Bamboula, une marque de cirage, il y avait "la négresse apprivoisée", le roman vécu d’une fille de couleur à travers le monde de la danse et du plaisir, et bien d’autres "bienfaits de la civilisation auprès des races inférieures". Aujourd’hui le racisme colonial est aussi unanimement rejeté qu’il fut unanimement accepté. Ce retournement complet a eu de multiples causes.

René VAUTIER fut un franc-tireur de l’anticolonialisme. Tourné en 1949, son film AFRIQUE 50 accuse les compagnies coloniales qui brutalisent les Africains avec la complicité du gouvernement français. Premier film anticolonial français, qui fut interdit durant 50 ans, AFRIQUE 50 sort dans un livre-film chez les Mutins de Pangée.

François Ruffin rencontre René VAUTIER.

Programmation musicale :
- Qu’est-ce que t’attends pour aller aux colonies ?, de Tramel
- Griot, de Noufou

À voir et à lire :
Le livre-DVD Afrique 50 + De sable et de sang, édité par Les Mutins de Pangée.

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.