Il est gentil Monsieur Dassault (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

(photo : Serge Dassault en septembre 2009 à l’université d’été du MEDEF, CC BY-SA 2.0)

« Nous, Serge Dassault, on en pense que du bien. Faites le tour ici, demandez à chaque personne, il a fait beaucoup de choses pour Corbeil. » C’est vrai qu’il est gentil Monsieur Dassault, à financer la mosquée des Tarterêts, à trouver un travail aux habitants de Corbeil-Essonnes, à payer des vacances aux jeunes, à leur offrir le permis de conduire... Mais promis, cela n’a rien à voir avec les élections ! Qui se gagnent pourtant à chaque fois avec quelques dizaines de voix d’écart seulement...

Certains dénoncent depuis longtemps un possible « achat de voix », facilité par l’immense fortune de Serge Dassault. Ou la rencontre inédite entre un puissant milliardaire et un peuple en galère. Sauf que cette manne d’argent tombée des poches de Dassault provoque jalousies et envies. Les uns garderaient tout l’argent pour eux, les autres n’auraient pas touché assez, et c’est finalement un système aux allures mafieuses qui est mis au jour par des règlements de compte dans les rues de Corbeil-Essonnes... Alors qu’est-ce qu’on dit ? Merci Monsieur Dassault, moi je voterai pour vous !

Le second volet d’un reportage d’Anaëlle Verzaux.

Vous pouvez retrouver la première partie de ce reportage en (ré)écoutant l’émission du jeudi 20 février 2014.

Programmation musicale :
- Love Theme (bande originale du "Parrain"), par Nino Rota
- Y’a du lard, par Brigitte Fontaine et Areski Belkacem
- Zone rouge, par KDD

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.