"Marinaleda, une utopie vers la paix"

Le , par L’équipe de Là-bas

La barbe est poivre et sel. Le torse dégagé et le regard franc. Juan Manuel Sanchez Gordillo est élu au Parlement d’Andalousie et maire communiste du village de Marinaleda.

Il est une figure contestataire connue en Espagne, où il participe depuis une trentaine d’années à des actions coup de poing pour dénoncer les inégalités sociales et l’action des partis politiques nationaux.

La dernière en date, c’était au mois d’août, quand Sanchez Gordillo dirige des razzias dans les rayons de deux supermarchés d’Andalousie pour redistribuer des chariots remplis de produits alimentaires à des ONG locales.

Alors que le gouvernement espagnol prévoit d’économiser 102 milliards d’euros d’ici à la fin de 2014, un total qui inclut le plan de rigueur de 65 milliards déjà annoncé en juillet, ces économies prévoient notamment des rentrées évaluées à 35 milliards d’euros du fait des hausses d’impôt. Un plan d’austérité une nouvelle fois remis en cause par une majorité d’Espagnols. Des Indignés sévèrement et violemment réprimés depuis ces jours derniers.

Plus sur le sujet :

A voir : "Marinaleda, un village en utopie", un film de Sophie Bolze réalisé en 2009.

Le site de Marinaleda. http://www.marinaleda.com/ (en espagnol)
Et la chaine youtube de Marinaleda. http://www.youtube.com/user/marinaledatv?feature=results_main

Programmation musicale :

- "E xera", de Mercedes Peon

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.