L’Amérique qui flippe ou l’Amérique qui floppe ? (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Derrière la lumière de Vegas, l’ombre de la crise. Selon Forbes, Las Vegas serait le vide. En 2009, le prestigieux magazine lui a même décerné le titre peu glorieux de "ville la plus vide des Etats-Unis" devant Detroit.

Tout un symbole. Le "Strip" ne brille plus. Au plus fort des "subprimes", la majestueuse artère de la ville aux jeux a, elle aussi, connu la crise. Bordée de casinos et d’hôtels de luxe, la grande avenue fait illusion. Si 39 millions de visiteurs s’y pressent encore et toujours, la métropole du Nevada, qui concentre 70% de la population de cet Etat désertique, affiche un taux de chômage estimé entre 13 et 14%. Bien supérieur à la moyenne nationale (environ 10%).

Les casinos font grise mine. La valeur immobilière, elle, tire franchement la langue. Elle s’est effondrée de près de 40%.

Mais comme toujours, dans les histoires de crise, il y a ceux qui se postent en embuscade. Qui flairent le bon coup.

Ainsi, au Nevada, la crise fait aussi le bonheur des "Frenchies".

Violemment touché par les "subprimes", le marché immobilier de Vegas est devenu abordable... pour des acquéreurs prêts à débourser entre 230.000 et 500.000 dollars la belle bicoque. Chef d’orchestre de ce ballet, Loïc Pillon. Profession : agent immobilier aux USA. L’esprit entrepreneur qu’il paraît...

Welcome to Fabulous Las Vegas ! Deuxième journée en compagnie de Giv Anquetil et Daniel Mermet.

Programmation musicale :

Forclosure Song - inconnu
The Name is Mitt Romney - Romney Rock

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.