Fralib, dans grève il y a rêve (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Les Scop, aujourd’hui, sont au nombre de 2000 et emploient 40.000 personnes.

Dans leur lutte pour conserver un savoir-faire et une fraternité ouvrière, les salariés de Gémenos ne lâchent rien. La convention collective de Fralib prévoit que chaque employé peut toucher 20.000 euros à titre de la création d’entreprise, en plus des indemnités de licenciements prévues dans le cadre du Plan de reclassement d’Unilever.

Les Fralib en demandent 50.000 pour les ouvriers qui reprendraient la Scop en tant que salariés associés.
Un nouveau défi.

Le risque aussi de jouer un rôle d’amortisseur social.
Toute la complexité des Scop...

Suite et fin de ce reportage de Gaylord Van Wymeersch.

Programmation musicale :

- boucle musicale Socalled

- Chômage, par les Grandes bouches

- Univoleur, des Red Lezards

- Feniant e Gromand, de Patrick Vaillan

Crédit photo : Olivier Perriraz

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.