Les nouveaux patrons de presse ? Tous mauvais...

Le , par L’équipe de Là-bas

Ils achètent des journaux comme ils s’offrent un nouveau yacht ou un petit domaine dans le Bordelais. Cela fait partie de leur panoplie. Avant, on appelait ça se payer une danseuse...

Leurs airs de gentils mécènes ne trompent personne. Quand Bernard, Vincent, Serge, Xavier et les autres injectent des millions dans Les Echos, Le Figaro ou Le Monde, c’est pour maintenir les rédactions sous pression et, par la même, réaliser de belles petites pirouettes fiscales.

Xavier Niel avait déclaré : "Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et après ils me foutent la paix..."

Parlez-en à Jean-Michel Dumay, ancien président de la société des rédacteurs du Monde, qui s’est battu contre la financiarisation du quotidien de référence avant de se faire débarquer... Ou à Véronique Brocard qui a dû quitter Télérama pour se refaire les dents à Siné Mensuel. Ou encore à Jean Stern (ex Libé, ex La Tribune...). Trois journalistes invités, aujourd’hui, à débattre de la question autour du livre de Jean Stern "Les patrons de la presse nationale, tous mauvais" (éditions La Fabrique, 2012).


Un entretien de Daniel Mermet
France Inter, 15 heures.

Programmation musicale :

- Rotatives, Guy Béart

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !