A courre, à cor et à cri

Le , par L’équipe de Là-bas

La chasse à courre n’est pas morte. Au contraire ! Le nombre d’équipages en France est passé de 218 en 1914 à 441 en 2001.

La chasse à courre, c’est une des pratiques des dominants, qui lui permet d’entretenir et de développer son entre-soi.
Comme l’expliquent très bien les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot, la classe des dominants est la seule classe sociale qui constitue toujours une classe sociale en tant que classe, c’est-à-dire un groupe organisé, qui s’entre-aide, défend des valeurs communes, etc.

Pour participer à une chasse à courre, il faut donc, d’abord, être coopté...

Mais avec le temps, le renouvellement n’est plus assuré. Pour ne pas disparaître, la chasse à courre se démocratise, un peu. Elle reste le privilège d’une élite sociale. Elle s’ouvre à la petite bourgeoisie, pas aux RMistes !

Un reportage d’Anaëlle Verzaux.

A lire : Monique et Michel Pinçon-Charlot, « La chasse à courre. Ses rites et ses enjeux » (Payot et Rivages), 1993.

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :