Désobéissance musicale (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Ferré, Vian, Brassens, Ferrat. A leur époque chacun d’eux s’est vu interdit pour une chanson ou pour une autre. On ne remerciera jamais assez les censeurs de nous les avoir ainsi fait aimer. Le pouvoir politique s’est toujours méfié de la chansonnette, mais pas facile de mettre une muselière à un oiseau. Du coup, on est passé de ferme ta gueule à cause toujours. Chante toujours. Tous rebelles, tous pas content, tous indignés dans un même bac à sable inoffensif. Mais heureusement Là-bas est là ! Vous avez été nombreux à aimer notre "Désobéissance musicale" fin janvier dernier.
Aujourd’hui nous repartons à la recherche des vrais secoueurs de cocotier.

Préparation Franck Haderer. France Inter 15 heures

Programmation musicale :

- Jean Caussimon : "Le gauchisme à la mode"
- Keny Arkana : "Indignados"
- Philippe Katerine : "Liberté mon cul"
- Bolchoï Karma Experience : "Les riches"
- Les Elles : "Ah si j’étais riche"
- Yves Robert : "Acteur du marché
- Chasseloup : "Je l’ai"
- Odieu : "Gloire à ma banque"
- Kash Léon : "PSA"
- La Canaille : "Le soulèvement aura lieu"
- Les Malpolis : "La prise d’otages"
- Kolibri : "Monsanto"
- R-Wan : "Radio Active"
- Rocé : "Chante la France"
- Dubamix : "NDDL"

Désobéissance musicale (2)

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.