Kosovo, le bénéfice du doute

Le , par L’équipe de Là-bas

Pour les médias nous sommes tous des poissons rouges. Il suffit au poisson rouge de faire un seul tour dans son aquarium pour tout oublier. Du jour au lendemain, nous oublions. C’est l’ardoise magique, on écrit, on dessine, et hop, on efface tout et on recommence. Consensuel et sans suite. Vous voulez une preuve ? Le Kosovo. Qui se souvient de 1999, cette guerre "juste", cette "guerre humanitaire" soutenue avec l’enthousiasme unanime des médias pris dans la glu compassionnelle ? Durant 78 jours au printemps 1999, l’Alliance emmenée par les États-Unis allait bombarder la Serbie (y compris le Kosovo). "Ce n’est pas une guerre, ce sont des frappes menées au nom du droit", déclarait le premier ministre Lionel Jospin.

Émettre un doute, soulever une critique faisait immédiatement de vous un "rouge-brun", un allié de Milošević et d’Hitler réunis. Bien peu s’aventurèrent à prendre l’autoroute médiatique à contresens. Et depuis, quatorze ans plus tard, quelles ont été les suites, qu’est devenu le Kosovo ? Un état mafieux dont les dirigeants sont mêlés à tous les trafics du crime organisé à commencer par cette monstrueuse affaire de trafic d’organes, dans laquelle de hautes personnalités kosovares viennent d’être condamnées.

De cette dérive mafieuse, la communauté internationale n’a pas pu ne pas être informée. Mais "ni Washington , ni Paris, n’ont voulu désavouer leurs anciens protégés" . C’est ce qu’affirme Pierre Péan dans le livre qu’il vient de publier KOSOVO, UNE GUERRE "JUSTE" POUR UN ÉTAT MAFIEUX. C’est lui que nous rencontrons aujourd’hui avec un retour sur les reportages de LA-BAS de mai 1999.

Entretien Daniel Mermet
France Inter, 15 heures

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !