Est-ce que vous regrettez ces violences ?

Le , par L’équipe de Là-bas

On se souvient de cette question posée par le journaliste de France 2, David Pujadas à Xavier Mathieu, militant syndical CGT lors du conflit des CONTI, le 21 avril 2009. "VOUS PLAISANTEZ J’ESPERE ?", répondit le syndicaliste.

Une question venait à l’esprit, David Pujadas aurait-il posé la même question aux dirigeants de Continental ?

Pour David Pujadas la violence syndicale n’a pas d’autre cause que la violence des syndicalistes. ...A travers une aussi simple question, David Pujadas montre le monde social auquel il appartient et qu’il défend. "On réprouve la violence du fleuve mais on ignore la violence des rives qui l’enserrent", disait Bertolt Brecht.

Au cours de sa campagne le candidat Hollande s’était engagé à amnistier les condamnations du précédent quinquennat en matière syndicale. Un texte de loi sur l’amnistie sociale a été adopté le 27 février au Sénat et devait être soumis aujourd’hui à l’assemblée. Mais le gouvernement fait marche arrière...

Une occasion pour revenir sur l’histoire des grandes grèves des mineurs de 1948, durement réprimées par un gouvernement socialiste avec pas moins de 3.000 mineurs licenciés ! Depuis 65 ans, les mineurs demandent réparation.

Où en sont-ils aujourd’hui ? Cette loi va-t-elle les aider ? Et poseront-ils à la fin la question à l’Etat, au grand patronat et à David Pujadas, "Est-ce que vous regrettez ces violences ?"

Reportage Antoine Chao, Charlotte Perry,
France Inter, 15 heures

Illustration :

Grève des Houillères du Nord Pas-de-Calais (1948)

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.