Sanofi, sanofric !

Le , par L’équipe de Là-bas

Le capitalisme nuit gravement à la santé !

Des produits qui sauvent des centaines de milliers de vies chaque instant dans le monde, des produits qui soulagent de la douleur, des produits indispensables, sortis de l’intelligence humaine, des produits qui aujourd’hui sont sous le contrôle d’immenses entreprises qui ne poursuivent qu’un seul but, le profit maximum.

Prenons SANOFI, première entreprise pharmaceutique française, vous en avez dans votre poche, dans votre salle de bain, près de votre lit. Première entreprise pharmaceutique française, n°5 mondiale, première entreprise en recherche et développement, 105 000 collaborateurs dont 27 000 en France. 35 milliards de chiffre d’affaire en 2012 (dont 5 milliards pour la recherche et développement).

Or SANOFI est passé d’une politique industrielle à une politique financière au profit de ses dirigeants et de ses actionnaires, les gros comme L’Oréal ou les fonds de pension, mais aussi les petits, comme des salariés de l’entreprise, et même au profit d’un tout petit actionnaire (83€) Gaylord van Wymeersch, par ailleurs reporter de Là-bas si j’y suis... Il a cru ce qu’on lui a dit : "Sanofi reverse 35% de ses 9 milliards d’Euros de bénéfice à ses actionnaires". Sympa, non ?
Sympa aussi, Sanofi avec les salariés de Montpellier et de Toulouse qui mènent la lutte depuis des mois contre un indispensable plan de restructuration. Mais tout s’arrange. D’après Arnaud Montebourg, c’est lui même qui les aurait sauvé. Sympa non ?

Reportage Gaylord Van Wymeersch

Programmation musicale :

- Alexis HK : "On peut apprendre"

- Tzitzimitl : "Petit actionnaire"

- Polémix et la Voix Off : "La bourse caquète"

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.