"Non rien de rien, non les anciens de l’OAS ne regrettent rien..." (3)

Le , par L’équipe de Là-bas

« Toujours avec la même haine, le ton méprisant, on nous taxe de nostalgiques de l’Algérie française. Est-ce que la Shoah ou le wagon des Milles sont de la nostalgie ? Est-ce que le génocide d’un million et demi de nos amis Arméniens, c’est de la nostalgie ? » Après Marignane, Perpignan, Béziers, c’est au tour d’Aix-en-Provence de voir inaugurer une stèle en l’honneur des « martyrs de l’Algérie française ». C’était la semaine dernière.

Une nouvelle guerre des mémoires où le nom de l’OAS n’est jamais prononcé, mais dont ses membres sont pourtant omniprésents lors de ces cérémonies.

Une bataille des stèles qui se retrouve devant les tribunaux administratifs pour « apologie publique ». Comme à Marignane où, après trois années d’une bataille acharnée, le tribunal administratif de Marseille a ordonné le démantèlement de la stèle car « susceptible de manquer de respect aux familles des victimes d’activistes de l’OAS et de heurter certains usagers du cimetière. »

Troisième volet de cette série de Charlotte Perry.

Photo : © Charlotte Perry

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !