En Andalousie, des journaliers agricoles occupent des terres, pour survivre

Tierra y libertad !

Le , par L’équipe de Là-bas

Écouter l'émission

25 % de chômage, 50 % chez les jeunes, l’Espagne s’enfonce dans la crise, et les plans d’austérité sans précédent ne font qu’augmenter le désastre.

Les jeunes diplômés quittent le pays, la contestation s’installe, les syndicats tentent de mobiliser, mais l’horizon est sombre.

Au point qu’en Andalousie, à Somonte, des journaliers agricoles occupent des terres pour survivre, eux et leurs familles.

Action symbolique dans une Espagne désemparée, ils ramènent le pays au cri des paysans de jadis : "Tierra y libertad !".

Reportage Daniel Mermet et Antoine Chao.

Programmation musicale :

Gente del Pueblo : "Tienes que aprender"

El cabrero : "Labrador de tierras altas"

Photo : © Anaëlle Verzaux

- 

Vous pouvez écrire aux journaliers agricoles de Somonte à l’adresse suivante : somontepalpueblo@gmail.com

— 

POUR SOUTENIR FINANCIÈREMENT LE SOC VOUS POUVEZ ADRESSER VOS DONS :

SOC POSADAS
IBAN : ES42 0237 0053 9091 6054 8289
BIC : CSURES2CXXX

Payment Bank : BBK BANK CAJASUR
Officina : 0053 POSADAS MESONES
Dion : GAITAN 22 ESQ MESONES
14730 POSADAS
CCC : 0237 0053 9091 6054 8289

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !