Désobéissance musicale !

Le , par L’équipe de Là-bas

Ferrat, Ferré, Renaud, Brassens, Béranger... Hier on disait "Chanson Engagée". Et aujourd’hui ?

Ça continue de plus belle. De plus belle et de plus rebelle. Keny Arkana, Rockin’ Squat, R.Wan, Agnès Bihl, et bien d’autres. Sauf que ça ne passe pas beaucoup par les grandes oreilles.

Les grandes radios préfèrent la soupe plus tiède, les rebelles en caoutchouc, les ritournelles narcissiques. Oh, certes la chanson qui mord et le rap qui déchire, on peut écouter, mais il faut tendre l’oreille dans les coins et promener son groin la nuit sous les couvertures.

Mais pas de censure, en tout cas ! La censure c’était autrefois, aujourd’hui c’est la liberté libérale. Nous sommes libres, la radio est libre ! On n’arrête pas de le répéter comme si ce n’était pas évident, comme si quelqu’un disait le contraire. Mais qui dirait le contraire ? Qui le ferait entendre ?

Émission préparée par Franck Haderer.

Programmation musicale :

Keny Arkana - "Désobéissance civile"

Les grandes bouches - "La Molex"

Christophe Murray - "Hymne à la croissance"

Brigitte Fontaine - "Gilles de la Tourette"

R’wan - "CRS Mélomane"

Agnès Bihl - "Quand on voit ce qu’on voit"

Didier Super - "Y en a marre des pauvres"

La Rumeur - "Je suis bande ethnique à moi tout seul"

Bochazoreil - "Slamiste"

Katerine - "Juifs arabes"

Zebda - "Une vie de moins"

Thomas Pitiot et Loic Lantoine - "Ils vendent tout"

Pour soutenir les salariés du site PSA d’Aulnay et participer à leur caisse de grève,rendez-vous sur leur site internet.

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.