Tunisie, le peuple veut.

Le , par L’équipe de Là-bas

Là-bas aujourd’hui la lutte est contagieuse, en Tunisie. Mais aussi ici, à Rueil-Malmaison où les salariés de Goodyear, avec ceux de PSA, d’ArcelorMittal, de Sanofi et beaucoup d’autres continuent le combat contre la destruction programmée des emplois et le gouvernement socialiste et sa politique d’impuissance. Chômage, précarité, inégalité, c’est la cause majeure de la révolution tunisienne et là aussi le gouvernement fait le choix de l’impuissance.

Un exemple ? Qu’en est-il de la fortune nationale volée par le surnommé Ben Ali Baba et les 40 voleurs ? Des milliards d’Euros détournés par une kleptocratie rapace, alors qu’à Sidi Bouzid d’où tout est parti il y a deux ans, rien n’a changé. A Tunis, une vente aux enchères publiques d’objets confisqués dans les palais de l’ancien ami de la France, rapportera quelques millions d’Euros. Une goutte d’eau par rapport aux milliards envolés.

Pour se redonner du courage, on se répète le mot fameux « LE PEUPLE VEUT », les vers du poète Abou Al Kacem Al Chabi repris dans l’Hymne national :

« Lorsque un jour Le PEUPLE VEUT vivre

Force est pour le Destin de répondre

Aux ténèbres de se dissiper

Aux chaînes de se rompre. »

On pourrait reprendre ça en chœur devant le siège de Goodyear ?

Reportages Antoine Chao, Giv Anquetil, Daniel Mermet.

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.