La stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre

Le , par L’équipe de Là-bas

Qu’y a-t-il de commun entre le coup d’État de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami , le cyclone Katrina, la crise financière aujourd’hui ?
Pour Naomi Klein, tous ces moments de notre histoire récente sont liés à l’avènement d’un « capitalisme du désastre » qui met sciemment à contribution crises et désastres pour substituer la loi du marché et la barbarie de la spéculation aux valeurs démocratiques auxquelles les sociétés aspirent...
Nouvelle diffusion de l’entretien avec Naomi Klein, traduit par Renaud Lambert

Livre :

- Margot D. Marguerite : La vieille dame qui ne voulait pas mourir avant de l’avoir refait, (La Manufacture de livres, mars 2009).

La stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.