La décennie - le cauchemar des années 80 (VI) : Privatisation de TF1

Le , par L’équipe de Là-bas

« Dans les années 1930, même la grande cité de Métropolis ne fut pas épargnée par les ravages de la crise économique mondiale. En ces temps de peur et de confusion, le travail d’information du public était pris en charge par le Daily Planet, un grand journal de Métropolis dont la réputation de clarté et de franc-parler était devenue un symbole d’espoir pour la grande cité de Métropolis. » (Ouverture du film Superman, 1978)

La France des années 1980, ressemble de plus en plus à la Métropolis de Superman.

Bien sûr, c’est la crise. Mais grâce au travail des médias - qui savent se faire pédagogues -, l’espoir est possible.
Les entreprises - dont on attend déjà qu’elles redonnent à la France sa place dans le monde et aux Français leur fierté d’antan -, vont assurer la qualité de l’information, la vigueur du pluralisme et transformer les médias en « quatrième pouvoir ».

Il faut donc « éloigner l’Etat de l’information » (François Léotard, Ministre de la culture, à l’Assemblée nationale le 14 mai 1986).

Il faut donc « une chaîne du culture » (Antoine de Clermont-Tonnerre, lors de l’audition du groupe Bouygues à la CNCL, le 3 avril 1987).

Il faut donc « briser le tabou de la publicité » en montrant qu’elle peut se mettre au service du public, sur une chaîne qui saurait « oublier l’audimat » (Bernard Tapie, lors de l’audition du groupe Bouygues à la CNCL, le 3 avril 1987).

Face à « la crise », Métropolis s’était trouvé un super-héros. Il était grand, habillé en rouge et bleu et le Daily Planet lui consacrait souvent sa « Une ».

La France aussi a su se trouver un super-héros « pour nous sortir de la crise ». Il est un peu tplus petit et un peu plus hargneux. TF1 l’aime beaucoup. Les autres médias aussi.

Selon le Syndicat national des journalistes (CGT), sur les 264 premiers jours de l’année 2006, il est apparu 266 fois à la télévision.

Nouvelle version d’une émission préparée par Renaud Lambert, diffusée en avril 2007.

Programmation musicale :

- 

A réécouter sur La-bas.org :

- « Vive la crise : pédagogie de la soumission », le 26 juin 2006
- « Libération - de Sartre à Rothschild », actualisée le 15 janvier 2007

A lire :

- Lettre ouverte à ceux qui sont passés du Col Mao au Rotary, de Guy Hocquenghem
- La décennie, le cauchemar des années 80, de François Cusset
- Le grand bond arrière et Quand la gauche essayait, de Serge Halimi
- Et la vertu sauvera le monde et Fonds de pension, piège à cons, de Frédéric Lordon
- Journalistes précaires - Journalistes au quotidien, sous la direction d’Alain Accardo, avec une longue contribution de Gilles Balbastre
- Libération - de Sartre à Rothschild, de Pierre Rimbert

Et aussi :

- D’une révolution conservatrice et de ses effes sur la gauche française, de Didier Eribon
- Une nouvelle vassalité : Contribution à une histoire politique des années 1980, d’André Bellon

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !