La Hongrie en marche arrière

Le , par L’équipe de Là-bas

Aujourd’hui, départ pour la Hongrie.

A Budapest on manifeste. " 56 les tanks ! 2012 les banques !".

Qui compare ainsi l’entrée des tanks soviétiques dans Budapest en 1956 et la dictature des banques qui écrasent aujourd’hui le pays ?

Non pas un mouvement altermondialiste, ni un NPA local, mais la foule qui manifeste en soutien au très droitier premier ministre Viktor Orban. La crise de la dette et la faillite des dogmes néolibéraux profitent à la droite conservatrice dure mais aussi au Jobbik, un parti d’extrême droite ouvertement raciste.

Bienvenue en Hongrie !

Un reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao.

Programmation musicale :

- Ando Drom : "Kerem Chave"
- Bratch & Mitsou : "Rien dans les poches"
- LL Junior : "Tancolj"

Site internet de Hu-Lala, site d’information sur la Hongrie.

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !

Avec Yann Augras, de la CGT, depuis l’usine GM&S Industry Les GM&S mettent le feu dans l’usine Écouter

Le

« Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés on décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l’usine. » C’est le communiqué des 277 salariés de GM&S Industry, sous-traitant de Renault et PSA Peugeot, en lutte depuis six mois, qui avaient menacé de faire sauter leur usine.