Les enfants volés d’Espagne

Le , par L’équipe de Là-bas

Entre 1940 et 1990, près de 300 000 enfants auraient été volés a la naissance pour être vendus en Espagne.

D’abord pour des raisons idéologiques. Les franquistes enlevaient les bébés des femmes "rouges" pour les placer dans de bonnes familles afin d’éradiquer le gêne du marxisme considéré comme une maladie mentale. Tout une chaîne complice de médecins, sages-femmes, religieuses, fonctionnaires, se mit en place. Peu à peu le système devint purement lucratif et mafieux.

Peu à peu ces dernières années, la vérité est apparue. Elle explose aujourd’hui dans un psychodrame nationale qui touche au refoulement imposé à l’Espagne par le franquisme toujours présent, toujours rampant. En même temps que la guerre sociale s’étend, l’Espagne est en proie à une guerre de la mémoire tout aussi profonde.

Reportage Antoine Chao, Daniel Mermet.

Programmation musicale :

- Buika : "Mi nina Lola"
- Paco Ibanez : "A galopar"

Plus d’infos :

- ARMH - Association pour la Récupération de la Mémoire Historique (en espagnol).

Sur ce sujet, ne manquez pas Mardi 17 avril, à 20h50 sur France 5, le documentaire « Une vie volée », réalisé par Laurence Jourdan. Ainsi que le documentaire "Les enfants perdus du franquisme, de Montserrat Armengou et Ricard Belis.

Photo : © Anaëlle Verzaux

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !