Hommage à Jean Ferrat

Le , par L’équipe de Là-bas

Il y a un an disparaissait Jean Ferrat. Les enfants des Trente Glorieuses ont un bout de Ferrat dans le coeur. La France de la 4L, de l’autoradio sur la nationale 7. Les vieux sont au pouvoir : de Gaulle et le Parti. Ferrat, c’est Federico Garcia Lorca, c’est Ma môme, c’est Que serais-je sans toi. Et Deux enfants au soleil. Le secret de la popularité de Jean Ferrat, c’est qu’il s’est toujours adressé à ce que la France a de meilleur. C’est tout.

Programmation musicale

- Camarade
- Ma môme
- Nuit et brouillard
- Que serais-je sans toi
- Pauvres petits c
- Les jeunes imbéciles
- Le bilan
- Un air de liberté
- La porte à droite
- Les cerisiers

A lire

"Jean Ferrat : je ne chante pas pour passer le temps" de
Daniel Pantchenko (Fayard - septembre 2010)
A écouter
- "Best of de Jean Ferrat" (octobre 2009)
- "L’intégrale des enregistrements Decca Barclay" (Barclay - août 2010)
- "Jean Ferrat chante Aragon" (mai 1992)
- "Coffret 4 volumes : La montagne - Potemkine - Ma France - La commune" (2010)
A voir
"En scène. Jean Ferrat au pavillon Baltard novembre 1991". Textes inclus et photos inédites (Disques Temey - février 2003)

La sixième édition de la NRV

aura lieu le 14 mars.
Menée par l’Orchestre national de Dgiz, l’Eponge-qui-Gratte, Nicolas Lambert, Rafaële Arditti... Elle causera de mars 1871 et d’autres biens communs et communes envies.
A partir de 20h, à la Java, 105 rue du fbg du Temple, 75010. Restauration goûtue et bon marché. Réservation : 06 76 13 70 91 et nouvellerevuevivante@gmail.com

Écouter l'émission

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.