Retour à Dubaï

Le

80 milliards de dollars de dette.
Dont 70 milliards à la charge des compagnies publiques.
Dubaï World, le plus gros conglomérat, accaparait à lui seul 59 milliards de ce montant.

Quatre-vingt milliards de dollars, donc, que Dubaï ne commencera pas à rembourser mi décembre, comme prévu.
Les échéances seraient reportées « au moins » au 30 mai 2010.

Ebahis, atterrés, inquiets, chacun découvre que Dubaï n’aurait été qu’une bulle. Une bulle aujourd’hui sur le point d’éclater.

Des répercussions « inimaginables », des marchés européens qui « tremblent »...

Mais si Là bas si j’y suis s’inquiète, c’est pour ses amis de Dubaï, ces gens rencontrés en mai 2006.

Retour à Dubaï, avant qu’elle ne s’effondre, peut-être.

Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet

Écouter l'émission

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 01/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 02/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 03/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 04/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 05/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 06/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 07/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 08/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 09/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 10/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 11/12 Télécharger

    - MP3 -

  • Emission du vendredi 27 novembre 2009 - 12/12 Télécharger

    - MP3 -

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.