Mondialisation libérale

SDF : Belgique, terre d’asile

Le

Droit de réponse du créateur de Flodor

France Inter a diffusé le 17 et 18 septembre 2007, dans le cadre de l’émission "Là-bas si j’y suis" un reportage intitulé "SDF : Belgique, Terre d’asile"

Au nombre des personnes interviewées figurait un dénommé François Latour, qui se déclarait missionné par son beau-père, qu’il désignait comme le patron et le créateur de Flodor (les Blondes à croquer), lequel, ayant vendu la société au Groupe Unichips, et réalisé de gros investissements immobiliers et en actions, cherchait à s’établir en Belgique pour échapper à l’impôt.

1) Il nous est demandé de préciser que :
- François Latour n’est pas le gendre du fondateur de Flodor. Les déclarations qu’il a faites concernant son prétendu beau-père relèvent de la fiction.
- Le fondateur de Flodor n’est pas candidat à l’expatriation. Sa mise en cause dans le cadre de l’émission consacrée aux exilés fiscaux procède par conséquent d’une erreur.
- Contrairement à ce qu’a déclaré François Latour à l’antenne, le fondateur de Flodor n’est pas et n’a jamais été Président d’honneur, ni l’actionnaire de la société Unichips San Carlo, propriétaire de Flodor depuis 1990. Il est tout à fait étranger à la gestion de Flodor par Unichips depuis cette date.
- France Inter et www.la-bas.org regrettent le tort que les déclarations sus mentionnées ont pu causer à l’intéressé.

2) De retirer des enregistrements des émissions des 17 et 18 septembre 2007 qui sont diffusés sur le site "Là-bas.org", les passages me mettant directement ou indirectement en cause.

pour cette émission

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le Kaffee Repaire de Berlin reprend ! Mathieu Pouydesseau, ancien membre du Bureau National du Parti socialiste à titre des frondeurs, démissionnaire suite à la loi sur la déchéance de nationalité, nous présentera la nouvelle réforme du travail 2.0 et ses raisons. Le 2 août 2017, le Sénat votait le (...)

    Berlin
    4 Wildenbruchstraße

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.