Résistance

"Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent" - Lucie Aubrac

Le

En hommage à Lucie Aubrac, un entretien réalisé par François Ruffin avec elle et son mari.

A lire :

- la préface de Lucie et Raymond Aubrac à "L’autre campagne", en janvier 2007

Dépêche de l’AFP, ce jour :

PARIS, 15 mars 2007 (AFP/AFP) Dans l’un de ses derniers engagements, début 2007, Lucie Aubrac, qui fait l’objet d’un hommage unanime jeudi au lendemain de son décès, appelait à "résister à l’ordre établi", notamment au libéralisme et à une classe politique ayant "le plus grand intérêt à ce que rien ne change".
Dans la droite ligne de l’appel qu’elle avait signé en 2004 avec plusieurs figures de la Résistance pour que les jeunes générations réagissent face à la destruction du "socle des conquêtes sociales de la Libération", Mme Aubrac, âgée de 94 ans, a soutenu l’initiative baptisée "l’Autre campagne", lancée par des chercheurs et des acteurs du monde associatif de gauche dénonçant "la vacuité" des programmes politiques avant les élections présidentielle et législatives.
Un soutien matérialisé par une préface signée par le couple Aubrac dans l’ouvrage "L’Autre campagne, 80 propositions à débattre d’urgence", publié en janvier 2007 et regroupant notamment des textes de Susan George, d’Etienne Balibar ou d’associations comme Droit au Logement (DAL).
Dans ce texte intitulé "pour un autre programme", Lucie Aubrac, qui s’est aussi engagée aux côtés des sans-papiers, saluait "une audace réconfortante" et "une utopie réaliste" qui "exprime la possibilité de résister à l’ordre établi".
Elle dénonçait "dans une société pourtant si riche (...) le repli sur soi, la peur et le mépris de l’autre, le déni de l’intérêt général au bénéfice de quelques particuliers, bref le recul de la démocratie."
Le couple de résistants entrevoyait la nécessité "d’une autre forme de lutte, contre des adversaires et des obstacles qui ne sont plus, heureusement des forces armées ou des polices mais qui ne sont pas, pour autant, faciles à surmonter".
Parmi les obstacles recensés : "l’implantation solide, dans notre pays, de forces politiques, sociales et financières qui ont le plus grand intérêt à ce que rien ne change" et "disposent d’un large éventail de moyens matériels et psychologiques".
Mais aussi "l’emprise mondiale des forces financières, avec la constante accumulation d’énormes masses de capitaux...qui cherchent partout des placements rentables financièrement et/ou politiquement et ont "elles aussi, le plus grand intérêt à ce que rien ne change".
"Résister, c’est créer", concluait le texte signé Lucie et Raymond Aubrac, créer notamment, selon eux, "les conditions d’un combat victorieux".

Écouter l'émission

  • Manifestation des infirmières en colère - reportable Télécharger

    - MP3 -

  • Bravo pour l’émission sur l’orgasme féminin - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Une émission pour les porcs - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • La Position Parallèle Au Plafond - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Nouvelles habitudes sexuelles des femmes - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Orgasme feminin et masculin - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Jouissance mystique - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Ces mots qui tuent le désir - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Grèvistes de la faim pour un moratoire sur les OGM - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Hommage à Lucie Aubrac - Daniel Mermet Télécharger

    - MP3 -

  • Messages du répondeur - Daniel Mermet Télécharger

    - MP3 -

  • Orgasme feminin et amour - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Cancers de l’amiante chez les routiers - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Discriminations raciales à l’embauche - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Décès de Lucie Aubrac - répondeur Télécharger

    - MP3 -

  • Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent - Lucie Aubrac - extraits Télécharger

    - MP3 -

  • Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent - Lucie Aubrac Télécharger

    - MP3 -

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Les Rendez-vous des Repaires

  • Bonjour à tous, Nous nous retrouvons samedi 27 mai au restaurant Hannibal, Wiener Straße 69, 10999 Berlin à partir de 14h15. Nous accueillerons Stéphane Richeux : 45 ans, d’origine bretonne, professeur certifié d’histoire-géographie. Début de carrière à Vaulx-en-Velin. 1997-2003 : enseignant au (...)

    Berlin

  • Comme tous les 1er et 3e samedis du mois, nous vous invitons au Lieu-Dit pour débattre autour d’un verre, de 17h à 19h. Le principe est simple : vous venez avec vos idées, vos remarques, vos coups de gueule pour discuter de tout et refaire le monde (...)

    Paris
    6 Rue Sorbier

  • Il en a été question lors de la campagne des présidentielles. Certains applaudissent, d’autres crient à l’arnaque néo-libérale, d’autres encore lui préfèrent le « salaire à vie ». Venez faire part de votre avis et débattons-en !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

  • « Député » : membre d’un groupe, chargé d’une mission déterminée. Un député, ça sert à quoi ? A l’approche des nouvelles élections législatives, le Café repaire vous invite à une soirée-discussion autour du fonctionnement, des valeurs et des enjeux et du parlementarisme. Les formations politiques locales, tous (...)

    Angers

  • Notre prochain kfé se tiendra le mercredi 14 juin. Nous avons convenu du thème suivant : La dette et l’argent. Je prépare la soirée et dès que j’ai des vidéos, je transmets à Louis qui les mettra sur la page Facebook. De votre coté, vous pouvez bien entendu et comme d’habitude suggérer des projections. (...)

    Liffré

Dernières publis

Une sélection :

Ils eurent 20 ans dans les Aurès (I) Écouter

Le , par L’équipe de Là-bas

19 mars 2012, Algérie, cinquantième anniversaire du cessez le feu. Il y a quinze ans, en 1998, LA-BAS faisait entendre la parole refoulée des sans grade de la guerre sans nom. Reportage Giv Anquetil, Daniel Mermet.