L’Huma si j’y suis avec ALIKI PAPADOMICHELAKI

QUI VA GOUVERNER LA GRÈCE ? ON LE SAIT DÉJA... Abonnés

Le

C’EST LA TROIKA ! Si les législatives de ce dimanche ne passionnent pas beaucoup les Grecs c’est qu’ils n’ont plus guère de pouvoir depuis le "coup d’État financier" du 13 juillet dernier. Ils avaient pourtant dit NON ("OXI") à près de 62% quelques jours auparavant au referendum, refusant misère et austérité. Euphorie générale à travers toute l’Europe mais panique furieuse dans le camp néo-libéral. L’Eurogroupe et le charmant Monsieur Schaüble ont mis toutes leurs forces pour leur casser les reins et obliger le premier ministre Alexis Tsipras à faire volte-face et à mettre en oeuvre un troisième plan d’austérité encore plus humiliant et encore plus inefficace.

Consternation, débandade et divisions. En Grèce comme en Europe, une partie de la gauche radicale continue de soutenir Tsipras, d’autres avec Ianis Varoufakis échafaudent un plan B, un autre courant dissident fonde un nouveau parti, l’Unité Populaire (UP) qui se réclame du NON massif au referendum du 5 juillet et milite pour une sortie de l’Euro. Toutes ces tendances étaient présentes à la fête de l’Huma. ALIKI PAPADOMICHELAKI ancienne responsable au sein de Syriza a rejoint l’Unité Populaire, elle est notre invitée. 


Entretien avec ALIKI PAPADOMICHELAKI

« Se battre contre le néolibéralisme, la destruction des relations de travail, l’appropriation de la richesse mondiale par les élites néolibérales et financières.  » Voilà le combat d’Aliki Papadomichelaki depuis 25 ans. Pour cette ex-militante du parti d’Alexis Tsipras, quitter Syriza c’est faire son devoir envers le peuple grec.

Entretien : Daniel MERMET
Réalisation : Franck HADERER et Jérôme CHELIUS
Préparation : Jonathan DUONG
Montage : Grégory SALOMONOVITCH

Réécoutez toutes nos émissions diffusées en direct à la Fête de l’Huma 2015 en cliquant ici.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante face au rouleau compresseur de une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas.

Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

HIROSHIMA : "Nous avons intérêt à gagner, sinon nous serons condamnés pour crime de guerre" Écouter

Le

Obama à Hiroshima, 71 ans après. Premier président américain à se rendre à Hiroshima, mais pas d’excuse politique, ce qui ne déplaît pas aux conservateurs japonais qui eux aussi révisent l’Histoire à leur façon, et préfèrent oublier le passé militariste du Japon, la colonisation barbare des pays alentour ou les 300 000 victimes du massacre de Nankin (1937).

L’explosion de la première bombe atomique allait déclencher la course éperdue à l’arme atomique et à "l’équilibre de la terreur". Barack Obama, qui prêche la réduction des ogives nucléaires, est le président du pays le plus nucléarisé au monde. Retour à Hiroshima dans les reportages de LÀ-BAS.