Annick COUPÉ/BOURDIEU. Extrait LÀ-BAS Hebdo n°49

Pierre BOURDIEU, un « intellectuel collectif »

Le

Pierre BOURDIEU, un « intellectuel collectif »
par Là-bas si j'y suis

À quoi servent les intellectuels et comment s’en servir ? La question revient dans le mouvement actuel. Militante syndicale, Annick COUPÉ évoque le rôle de Pierre BOURDIEU en 1995 lors de la lutte contre le plan Juppé. Une occasion de rappeler les paroles de BOURDIEU à propos des jeunes des quartiers populaires : « On peut brûler des voitures, mais à condition d’avoir des objectifs. »

Extrait de notre LÀ-BAS Hebdo n°49 « Annick COUPÉ, responsable irresponsable », à écouter en intégralité en cliquant ici.

Merci à Annick COUPÉ.

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

entretien : Daniel MERMET
réalisation : Jeanne LORRAIN et Jonathan DUONG
son : Guillaume GIRAULT

Télécharger la vidéo au format .mp3 :

Pierre BOURDIEU, un « intellectuel collectif »

Voir aussi

À ÉCOUTER :
- Annick COUPÉ, responsable irresponsable, notre LÀ-BAS Hebdo n°49 du 20 mai 2016

À LIRE :
- La Misère du Monde, ouvrage collectif sous la direction de Pierre BOURDIEU (1993, éditions du Seuil)

À VOIR :
- La Sociologie est un sport de combat, un film de Pierre CARLES (2001, C-P Productions et VF Films)

Les Rendez-vous des Repaires

  • Jeudi 29 juin, le Café repaire d’Angers accueillera Alessandro Di Giuseppe, le Pap’40 de l’Église de la Très-Sainte Consommation pour une rencontre autour de “l’artivisme”, cette forme de militantisme qu’il affectionne à base d’actions de rue théâtralisées. Avec lui, la résistance à la propagande (...)

    Angers

  • En juillet, les participants choisissent le ou les thèmes dont ils veulent débattre en début de séance. Un coup de cœur ou un coup de gueule à partager ? C’est le moment !

    Metz
    Avenue Robert Schuman

Dernières publis

Une sélection :

33 minutes et 3 secondes de bonheur ! Le concert enregistré en public au Lieu-Dit le 21 janvier 2017 Légende du jazz manouche, Tchavolo Schmitt swingue pour Là-bas AbonnésÉcouter

Le

À même pas six ans, Tchavolo voulait déjà avoir la moustache de Django. Du coup, sa mère lui a montré comment mettre ses doigts sur une guitare et depuis il n’a plus arrêté. S’il y a une musique pour les jours heureux, c’est celle-là, l’irrésistible swing manouche, savant et populaire à la fois, tout ce que nous aimons !